De notre ministre Templi Père Abraham

Dans l’Incarnation nuit, a été témoin par les évangiles, alors que l’humanité était en train de dormir le sommeil humain, Dieu a rempli et défini une fois pour toutes, le travail de création avec l’œuvre de rédemption que le Seigneur a délibérément et librement conclu sa chair pour le plein bonheur de ses créatures.

Même aujourd’hui, la nuit du sommeil humain semble se prolonger en enveloppant les esprits et les cœurs de l’humanité de sa torpeur. En effet, maintenant que la nuit semble avoir à sa réalisation: à l’intérieur et à l’extérieur de la clôture de Pierre, quell’Ovile dont la porte est un et doit traverser pour trouver un abri et le salut (cf. Jn 10, 1-21), l’homme N’étant plus un pèlerin mais un vagabond, il semble avoir oublié son “moi” et échangé son image et sa ressemblance avec le Créateur. Mais cette nuit, obscurcies par la liberté acte de Satan et de plus en plus pas au courant qui coopèrent à son combat infâme, une Stella nous garde alerte et vigilant conscient que le Soleil est à venir.

C’est la Star qui porte le plus beau nom humain: Mary!

Qui que vous soyez,
que dans le courant de ce temps vous vous rendez compte que,
plus que marcher sur la terre,
tu es comme vacillant entre les tempêtes et les tempêtes,
ne quitte pas les yeux de la splendeur de cette étoile,
si vous ne voulez pas être submergé par la tempête!

Si vous êtes frappé par les vagues de fierté,
d’ambition, de calomnie, de jalousie,
regarde l’étoile, appelle Mary.

Que ce soit la colère ou l’avarice, ou la flatterie de la chair
a secoué le vaisseau spatial de ton âme, regarde Marie.
Si énervé par l’énormité des péchés,
si confondu par l’indignité de la conscience,
vous commencez à être englouti par l’abîme de la tristesse
et de l’abîme du désespoir, pensez à Marie.

Ne vous éloignez pas de votre bouche et de votre coeur,
et pour obtenir l’aide de sa prière,
n’oublie pas l’exemple de sa vie.
À sa suite vous ne pouvez pas vous perdre,
en priant, vous ne pouvez pas désespérer.

Si elle te soutient, ne tombe pas,
si elle vous protège, ne cédez pas à la peur,
si elle vous est favorable, atteignez le but.

(San Bernardo di Chiaravalle)

En tant que mère attentionnée, attentive aux détails, à la disposition de la grâce, le gardien des secrets de battements de coeur du Fils divin, elle continue son travail de correction maternelle, de soins et de consolation pour nous tous ses fils dans le Fils. Nous avons tendance l’oreille et le cœur de vous qui nous montre encore la personne du Christ son Fils et Seigneur, le but vers lequel il faut tendre les joies et les peines, les épreuves et les gloires, les souffrances et les désirs de bien. Ne pas réduire notre dévotion à Marie, qui, chante le poète, est « un espoir vivant » et « dans le sein a été ravivé l’amour » (cf. D. Alighieri, La Divine Comédie, III, XXXIII) dans les rituels sans existence.

Comme Marie arrangé pour son corps et son âme pour que vous habitez en eux la parole de vie, de sorte imitiamola: incarnant dans l’unité, les conserver dans les robes sacrées marquées du sceau de l’Agneau et par les serments, l’Evangile et la foi.

Sous la supervision et la protection maternelle de Marie, qui à partir du bois de la Croix, nous avons reçu gratuitement comme Mère et souverain (cf. Jn 19, 26), dans la communion vivante des saints et bienheureux qui regardent le Christ briller la Lumière qui dénoue les ténèbres, nous procédons sûr derrière l’Amen de Dieu (cf. Ap 3, 14) à qui nous avons été appelés et dont nous ne voulons jamais nous séparer ou fuir, comme l’ont fait Adam et Jude et bien d’autres sans retour et sans vie.

Si cela se produit aussi la fraternité qui nous lie, de sang et de fraternité humaine, avec sa prière et sa proximité, sa correction et nous souvenons de ce que l’indulgence Saint Augustin proclame et chante la liturgie dans les siècles à nous “O felix culpa, quae talem meruit habere ac-off Redemptorem” ( “défaut heureux qui nous a valu un si grand et Rédempteur”).

Est-ce la voie à une vie de bonheur et accompli ce prix qui nous attend dans le Royaume: la Miséricorde de Dieu, lent à la colère et riche en miséricorde « (Ps 102: 8) tire le pécheur à la repentance, la repentance la conversion, la conversion au témoignage en train de mourir dans mon désespoir cœur et quell’indegnità éphémère qui conduit à la séparation de Dieu et introduit le péché dans le ciel ou sur la terre sera jamais pardonné (cf. Mt 12, 32).

Ne nous lassons pas d’annoncer le mot humble mais sûr: notre vie est souillé par le péché, mais est racheté par le Sang de l’Agneau qui, par sa Sainte-Croix et de la résurrection a racheté le monde.

Nous ne sommes pas meilleurs que quiconque; en effet, nous pécheurs plus que nous tous! Mais sachant que le Christ nous a sauvé du désespoir et de façon permanente, tend la main à tous ceux qui se sentent humblement le besoin de son économie de présence et de la puissance: « Domine, somme non dignus ut Intres sous Tectum meum; sed off en verbe Décembre sanabitur Septembre anima mea « ( » Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous le toit de ma maison, mais un mot et mon âme sera guérie « – cf. Mt 8: 8).

Il a promis, un avec le Père et l’Esprit, pour la voix des prophètes: « Si vos péchés sont comme le cramoisi, blanc comme la neige. Bien qu’ils soient rouges comme la pourpre, ils deviendront lana.19 si vous êtes disposé et obéissant, vous mangerez le fruit de terra.20 Mais si vous refusez et rebelles, vous serez dévorés par l’épée; car la bouche du Seigneur a parlé « (Is 1, 18 -19), il ne reviendra jamais à son alliance.

Ouvrons le Cœur à lui!

Qu’il soit envahi dans sa totalité de la charité qui est le Christ (1 Co 13), qui seul sera à sospingerci avant.

Ouvrons son esprit!

Laissez-le prendre sur l’esprit du Christ (cf. 1 Co 2, 16) donnant le peu que nous rencontrerons tous ce que nous sommes devenus participants.

Ouvrons sa vie!

Que l’élément vital pénètre dans notre sang (cf. Jn 15: 1- ss) de sorte que même pour nous le miracle se répéter avec saint Paul: « Ce n’est pas moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi » (cf. Ga 2, 20).

Souvenons-nous, quoi qu’il arrive, « Aucun d’entre nous, en fait, vit lui-même et personne ne meurt pour lui-même, car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur, si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Nous vivons et mourons tous les deux, nous sommes donc du Seigneur »(Rom 14: 7-8).

Gaufrer l’Amen, Celui qui était, est et sera la fin de nos jours, son sceau nous accueille comme le dernier dans les rangs de nos saints pères, braves chevaliers intrépides de Dieu, qui ont combattu le bon combat, a terminé la course et maintenu la foi (cf. 2 Tim 4: 7).

L’homme moderne, apparemment si sûr de lui-même et de ses progrès et de son intimité, pourtant si fragile, a besoin de Dieu!

Seulement si nous pouvons nous laisser saisir par Lui; si, sans crainte, nous saurions et nous voudrons aller là où, par son épouse – l’Église – nous le montreront; si nous savons rester humbles et sans prétention humaine; si nous le connaissons, alors nous pouvons répondre à l’écho de la question ancienne: «Qui enverrai-je? Et qui ira pour nous « (Is 6, 8) de la même voix du prophète: » Me voici, envoie-moi « (Is 6,8b). Il n’est pas temps de “puer des moutons”: il est temps de parfumer le Christ!

« Deus, refugium nostrum et Virtus, famulos à vous clamàntes propitius respice: intercédant glorieuse et Immaculata Dei Vierge Genetrix Marìa, cum Heureux Joseph de spo ac Beatis Apostolis et Sancte Michael Archangele, quas Peccatorum pro conversion, pro libertate et exaltatiòne Sanctae Matris Ecclesiae, preces effùndimus, misèricors et benìgnus exàudi. “.

« O Dieu, notre refuge et notre vertu, regarde tes serviteurs de vous entendre: l’intercession glorieuse de Marie Immaculée, Vierge et Mère de Dieu, Saint-Joseph, son époux, de vos saints Apôtres et saint Michel Archange, puis entendez, vous qui êtes bon et miséricordieux, les prières qui Cater pour la conversion des pécheurs, la liberté et le triomphe de la Sainte Mère Eglise ».

Père Abraham